Portail Officiel du Comité d’Organisation du Grand Magal de Touba.

Accueil > Le Fondateur du Mouridisme > Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, Khadimour Rassoul PSL,

Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, Khadimour Rassoul PSL,

dimanche 12 octobre 2014, par Administrateur

le fondateur du Mouridisme 1853 1927, serviteur privilégié du Prophète, dont le seul tort fut d’avoir osé persister ouvertement dans le prêche pour la religion d’Allah islam
Fut 32 ans durant l’objet de toutes sortes de privations et d’épreuves tour à tour déporter pendant 7 ans au Gabon, 5 ans en Mauritanie, 4 ans à Thieyenne Djolof, 15 en résidence surveillée à Diourbel au Sénégal
Il n’a cessé jusqu’à son rappel à Allah en 1927 de défendre par son enseignement et son comportement le message du prophète Mohammed PSL

Les débuts du fondateur du Mouridisme :
Fils de Serigne Momar Anta Saly, Cheikh Ahmadou Bamba MBACKE Khadimour Rassoul (Serviteur du Prophète) -Paix et Salut sur lui est né à MBacké Baol vers 1270-1271 de l’Hégire (1853 de l’ère chrétienne).

Sous l’ombre de son père, il a très tôt mémorisé le Coran et appris les règles de tajwid avant d’apprendre et de maîtriser les autres disciplines relatives à l’exégèse du Coran, à la Sunna, à la jurisprudence et à la langue arabe. Ses maîtres pendant cette période étaient son père, son oncle Serigne MBoussobé, Samba Touklor KA et le cadi Madiakhaté Kala.

Il a eu aussi, dans cette période, à faire des échanges avec des ouléma maures sur différentes questions scientifiques.

Son père l’a choisi comme assistant et, après la disparition de celui-ci, il lui a succédé dans sa fonction de dirigeant d’une école de grande renommée.

La genèse et les soubassements du Mouridisme :
La vie sociale et religieuse de cette époque était gangrenée par la corruption dans tous les domaines. Les rois avaient dépassé les limites du tolérable dans la tyrannie et l’injustice. De leur côté, la majorité des ouléma et des chefs religieux n’avaient pour souci que l’exploitation des masses au nom de la religion. Quant aux populations, elles étaient tiraillées en toute impuissance entre ces deux catégories.

Devant ces conditions, Cheikh Ahmadou Bamba a eu la conviction qu’il fallait plus que la seule instruction pour réformer la société. Par conséquent, il s’est résolu à utiliser une nouvelle méthode plus efficace qui n’était autre que l’éducation pratique basée sur un savoir sûr.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document