Portail Officiel du Comité d’Organisation du Grand Magal de Touba.

Accueil > CONTRIBUTIONS > Il y a 100 ans aujourd’hui, jour pour jour, que le fondateur du Mouridisme (...)

Il y a 100 ans aujourd’hui, jour pour jour, que le fondateur du Mouridisme Cheikh Ahmadou Bamba fut transféré de Thiéyène (Djiolof) à Diourbel.

jeudi 13 décembre 2012, par Administrateur

En effet le 12 Décembre 1912 l’Autorité coloniale assigna le Cheikh en résidence surveillée pour mieux exercer son contrôle sur lui et anéantir l’ardeur des Mourides et freiner alors l’essor du Mouridisme. Il convient de noter que son lieu de résidence va devenir plus tard le point de convergence de tous les musulmans du monde. L’autorité coloniale finira par voir en Cheikh Ahmadou Bamba, un homme que seul le Culte de Dieu n’intéresse jusqu’à lui reconnaitre des qualités exceptionnelles comme le confirme cet extrait du rapport de l’Administrateur colonial du Cercle de Diourbel Antoine Jean Martin Arthur LASSELVES : ’’ Ce Cheikh Bamba détient certes une puissance innée dont la raison ne parvient pas à saisir la source et expliquer la capacité de forcer la sympathie. La soumission des hommes à lui est extraordinaire et leur amour pour lui les rend inconditionnels…
…Il semble qu’il détienne une lumière prophétique et un secret divin semblable à ce que nous lisons dans l’histoire des Prophètes et leurs peuples…
… Celui-là [le Cheikh] se distingue toutefois par une pureté de cœur, par une bonté, une grandeur d’âme et un amour du bien aussi bien pour l’ami que pour l’ennemi. Qualités dans lesquelles ses prédécesseurs l’auraient envié, quelque grande que fussent leurs vertus, leur piété et leur prestige…
Les plus injustes des hommes et les plus ignorants des réalités humaines sont ceux qui avaient porté contre lui de fausses accusations consistant à lui prêter l’ambition du pouvoir temporel.
Je sais que les Saints et les Prophètes qui ont mené une guerre sainte l’ont fait sans disposer de la moitié de la force dont dispose ce Cheikh… »

Cet administrateur qui, naguère, était trés hostile au Cheikh finira par faire des rapports de ce type qu’il envoyait à ses supérieurs. Dans Minanul Bakhi Khadim, Cheikh Mouhamadou Bachir Mbacké explique qu’il arrivait que eux les talibés demandaient au Cheikh de s’occuper de son cas (mystique) ou de leur donner l’autorisation de faire face à cet administrateur qui n’hésitait pas à défoncer les portes des concessions du Cheikh pour voir ce qui est entrain de faire. Et le Cheikh, dit Serigne Bassirou dans son livre, leur répondait cet homme est venu uniquement démentir les accusations à tort que ses supérieurs (le pouvoir colonial) avaient porté sur ma personne.

Ailleurs le Cheikh déclare dans ses écrits : « Raamuu masiirii ilaa Jurbel ladaa lasachi/Law ’aayanuu sirra maa fis-sayri, maa raamuu/
Fas-sayru mawtun ’alaa man naaza’u wa azan / Wa innahuu liya ibqaa-un wa ikraamu » : « ils [les colonisateurs français] ont décidé de m’assigner en résidence à Diourbel en l’an 1330H [1912]. S’ils en avaient pénétré les secrets, ils ne l’auraient assurément point souhaité, car cette assignation signe la déchéance et la mort de mes adversaires cependant qu’elle consacre mon éternité et pérennise mon Bonheur ». Aujourd’hui Keur Gou Mack à Diourbel (son lieu de résidence d’alors) est une étape très importante dans l’histoire du Mouridisme. Nous y reviendront largement dans notre ouvrage en gestation sur l’Histoire Générale du Mouridisme mais en attendant mon cousin et ami Cheikh Ahmadou Bamba Seye a fait un excellent article intitulé : » L’itinéraire du Mouridisme : le centenaire de l’arbitraire » (Cf. Article publié sur Majalis).

Coincidence heureuse, votre serviteur, Baaymama NDONGO est né le 12 Décembre. Je remercie le bon Dieu d’avoir lié ma naissance à une date marquante de l’histoire de Cheikh Ahmadou Bamba. Je demande à tous de prier pour que je reste un éternel talibé de Serigne Moussa Mbacké Nawel et que Cheikhoul Khadim accepte notre statut de talibé et nous rétribue les récompenses immenses que Dieu donne aux serviteurs de Serigne Touba comme le Cheikh l’a écrit : » Waqdi hawaa idjal laziina daamo, fi khidmati wa hab lahum maramo« . J’avoue que j’ai jamais accordé une quelconque importance à mon anniversaire mais depuis que nos recherches nous ont permis de découvrir cette coincidence cette date devint très importante pour nous ngir amouma lidoul Serigne Touba.
Dieuredieuf.


Baaymama NDONGO

+221 70 638 01 01

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document