Portail Officiel du Comité d’Organisation du Grand Magal de Touba.

Accueil > NEWS > Le Magal de Touba qui polarise des millions de pèlerins célébré (...)

Le Magal de Touba qui polarise des millions de pèlerins célébré aujourd’hui

mercredi 8 novembre 2017, par baye mouride dieng

Le Magal de Touba est célébré aujourd’hui mercredi 8 novembre au Sénégal. Ce grand événement religieux de dimension internationale est la commémoration du départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké au Gabon. Un pèlerinage qui fait courir tout un pays, tous les continents…

Le Magal de Touba polarise des millions de personnes. Et c’est cette date du 18 Safar que Serigne Touba Khadimou Rassoul a choisie comme jour d’actions de grâce et de fête.

« Quant au Bienfait que Dieu m’a accordé, ma seule et souveraine gratitude ne le couvre plus, par conséquent j’invite toute personne qui se réjouit de mon bonheur personnel, à s’unir à moi dans la reconnaissance éternelle à Dieu, chaque fois que l’anniversaire de ce jour la trouve sur terre », avait-il fortement recommandé.

Et chaque musulman, selon ses moyens (de la poule au chameau) est invité par Bamba à célébrer ce jour 18 Safar chaque fois qu’il en a l’occasion.

Le Magal qui rend grâce à Allah pour les Bienfaits immenses qu’Il a accordés à Bamba est d’abord spirituel. Récital du Coran, des Khassaids et toutes autres dévotions (chants religieux) vont rythmer la journée d’aujourd’hui.

Ensuite vient la dimension festive communément appelée « Berndèèl ». Qui consiste à donner à manger aux pèlerins…

Pour rappel, le samedi 18 Safar 1313, (le 10 août 1895) à 14h, Cheikh Ahmadou Bamba est arrêté à Djéwal (actuelle région de Louga) par un détachement des autorités coloniales françaises. Il est exilé après un procès inéquitable, tenu dans la salle de délibération du Conseil Privé, sis dans la Gouvernance de Saint-Louis le 05 septembre.

A l’issue de ce jugement sans appel, le Conseil Privé décida « à l’unanimité, après avoir entendu les rapports de M. Merlin et Leclerc, et fait comparaître Ahmadou Bamba, qu’il y avait lieu de l’exiler au Gabon ». « Jusqu’à ce que », disait-il, « l’agitation causée par ses enseignements soit oubliée au Sénégal ». (Sources : rapport du Conseil Privé, août 1895).

Nous y reviendrons avec nos envoyés spéciaux à Touba…

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document