Portail Officiel du Comité d’Organisation du Grand Magal de Touba.

Accueil > BON A SAVOIR > Monographie sur l’impact socio économique du Grand Magal de Touba au Senegal. (...)

Monographie sur l’impact socio économique du Grand Magal de Touba au Senegal. L’objectif général de l’étude

samedi 4 octobre 2014, par Administrateur

est de mesurer l’impact du Magal sur l’économie sénégalaise, notamment à travers sa contribution au PIB et à la croissance économique. Cependant, de nos jours, selon Vukonic (1998), il n’existe pas de théologien ou de théoricien

orthodoxe qui conteste l’impact économique du tourisme religieux. L’auteur donne l’exemple de

la Mecque et de Médine qui sont des villes cosmopolites dans le monde musulman. Beaucoup de

pèlerins se sont installés pour de bon dans ces villes après un bref séjour. Dans les années 60, près

d’un habitant sur cinq de la Mecque n’avait pas le statut de citoyen d’Arabie Saoudite. La croissance

de cette population est alors due à l’affluence d’artisans et de divers travailleurs qui pensaient

trouver un emploi en rendant service aux pèlerins.

Par ailleurs, le coût du séjour d’un pèlerin pour le HAJJ est passé de 100$ en 1973 à 1000$ en

1983. Cela est allé de pair avec la hausse du prix du pétrole en Arabie Saoudite. L’augmentation du

revenu a conduit à une amélioration des conditions de vie des populations locales, mais aussi des

conditions du Hajj avec la construction de nouvelles routes, d’aéroports, ainsi que d’infrastructures

hôtelières et sanitaires, afin de fournir le plus de confort aux pèlerins.

De manière générale, les pèlerinages ont, à travers le temps, acquis une composante commerciale.

Entre le 14e et le 15e siècle, Venise a construit une activité rentable, provenant de son monopole

du transport des pèlerins chrétiens à Jérusalem (Michael B. Miller, 2006).

aussi, « business » et hajj ont été interdépendants. D’après Miller (2006), jusqu’au développement

des puits de pétrole après la seconde guerre mondiale, le pèlerinage a été la principale source de

revenu des Saoudiens. Beaucoup d’entre eux étaient en effet des guides. En 1937, l’Egypte Bank

Mirs a organisé le premier service aérien destiné au Hajj, mais, petit à petit, les Saoudiens ont pris

une partie du trafic. Auparavant, les compagnies musulmanes ont introduit le transport par voies

Depuis longtemps


Voir en ligne : Télécharger le document complet : MONOGRAPHIE SUR L’IMPACT SOCIO ECONOMIQUE DU GRAND MAGAL DE TOUBA AU SENEGAL


A partager avec la diaspora svp

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document